Best Guide Maroc,meilleur guide de tourisme et de voyage au Maroc.

Cette tendance a été publiée le 30/01/2013 par Nourddine Berjaoui

La mort de Aaron Swartz ne changera rien

La mort de Aaron Swartz ne changera rien

Le suicide du jeune Aaron Swartz la semaine dernière a suscité émotion, colère, incompréhension. Et espoir.

L’espoir de voir la neutralité du Net, le libre accès à la connaissance et les lois sur l’IT se retrouver au centre des débats aux Etats-Unis. L'espoir que la mort de l’hacktiviste, provoquée par des menaces de peines de prison de plusieurs dizaines d’années pour avoir téléchargé a priori illégalement des publications universitaires du MIT et du site JSTOR – n’ait pas servi à rien.

Un espoir important dans une époque où même le discours de Martin Luther King est copyrighté par Sony, pour le compte des descendants du pasteur cette penalité vient de la loi proposée le mois octobre intitulé SOPA.

Mais un espoir qui, à en croire Carmen Ortiz, la procureur qui avait demandé des peines très lourdes contre Aaron Swartz, risque d’être vite déçu.

Carmen Ortiz, qui se verrait bien Gouverneur du Massachussetts, avait déjà défendu son action dans un communiqué de presse, sorti quelques heures après la mort du jeune développeur.

Elle y présentait ses condoléances à la famille – qui la considère personnellement responsable de la disparition de leur enfant - mais concluait sa missive, froidement, par ces deux phrases : « en tant que procureurs fédéraux, notre mission est également de protéger l’usage des ordinateurs et d’Internet en faisant appliquer la loi aussi justement et raisonnablement que possible. Nous nous efforçons de faire de notre mieux pour remplir cette mission au quotidien ».

Et la Dame de Fer de Boston persiste et signe. Dans la presse locale, sa porte-parole assure en effet aujourd’hui que la mort du jeune homme ne changera rien. « Nous pensons que cette affaire a été menée de manière raisonnable. Si nous devions la refaire, nous ne changerions rien », déclare-t-elle au Herald.

Le quotidien qui rappelle que la procureur s’est en revanche dite « très contrariée » (« terribly upset ») que la famille de Aaron Swartz mette ainsi en cause son bureau et ses méthodes de travail.

Son mari, Thomas J. Dolan, Business Development Executive chez IBM, s’était également permis de critiquer l’éloge funèbre de la famille de Aaron Swartz en tweetant. « Il est vraiment incroyable qu’ils (NDR : la famille) reprochent à d’autres la mort de leur fils jusque dans sa nécrologie », avait-il lâché sur le réseau social. L'époux de la procureur Ortiz a depuis fermé son compte.

La tragédie de Aaron Swartz rappelle celle d’un autre hacker talentueux : Jonathan James.

Jonathan James a lui aussi mis fin à ses jours. Il était connu pour avoir réussi à pénétrer dans les systèmes de la NASA et du Département de la Défense américain au début des années 2000. Visé par une procédure judiciaire (totalement indépendante de ses exploits de jeunesse), il s’est tiré une balle dans la tête en 2008 après avoir clamé son innocence et sa détresse face à une justice dans laquelle il n’avait plus aucune confiance.

Son accusatrice s’appelait Carmen Ortiz.

Source : Boston Herald


Les Avis :

Translate website
Publicité
Identifiez-vous !
Recherche Avancée

S'inscrire à notre Newsletter
Vidéo Maroc
Nuage de tags
Coup de coeur
Derniers produits ajoutés
Publier votre annonce